السبت، 15 أكتوبر، 2011

Le Nil dans la littérature d'Egypte ancienne

Les sages et les prêtres ont décrit dans la littérature de quelle façon le Nil cessa d'innonder la terre et comment la famine menaça en raison d'un désordre social.

Le sage Ipu-wer de la première période intermédiaire en 2150 avant Jésus-Christ décrivit la situation en Egypte sur un papyrus, aujourd'hui à Leiden, Pays-Bas, où le Nil était impitoyable envers la population en raison d'une guerre civile, de l'hostilité et du désordre : "L'homme se rend dans son champ avec son bouclier ... Les méchants sont partout ... les bons d'hier ne sont plus là ... Le Nil innonde mais nul ne laboure son champ ... tout le monde dit, ''Nous ne savons pas ce qui est arrivé au pays ... ' Khnoum a arrêté de créer des enfants ... la situation du pays est mauvaise ... les pauvres se sont appropriés des objets précieux ... ceux qui allaient nus pieds avant, sont devenus riches. L'hostilité est sur tout le territoire et le sang est partout ... Les morts ont été enterrés dans le fleuve qui est devenu un cimetière et c'est dans le fleuve que l'embaumement se fait ... Le fleuve est devenu sang ... Les personnes âgées comme les jeunes disent : ''Je voudrais être mort."

Dans la prophétie de Neferou de l'époque du roi Thoutmosis Trois, il décirt la situation à l'époque du roi Senefrou de la quatrième dynastie dans le sud-est du Delta comme suit : "Le fleuve d'Egypte est vide, on le traverse à pieds ... Les hommes devraient chercher l'eau sur laquelle les bateaux peuvent naviguer. Sa rade est devenue une rive et la rive est devenue eau ... Les oiseaux ne couvent plus leurs oeufs dans les marais du Delta ... Les bêtes sauvages du désert devraient boire dans les fleuves d'Egypte pour pouvoir se rafraîchir sur leurs rives, car rien ne pourrait les en faire fuir ... Les hommes devraient prendre les armes de la guerre, et la terre vivra dans le tumulte ... Je vous présente le fils comme un ennemi et le frère comme un adversaire et un homme assassine son père."

Certains auteurs ont émis des règles de coduite sur le Nil. Amenemopet, en 850 avant Jésus-Christ, avait prévenu le propriétaire du bac d'être gentil et reconnaissant envers les autres : "N'empêche pas les gens de traverser le fleuve lorsque tu as encore de la place sur ton bateau et lorsqu'un habitant de l'île vient te voir, tu devrais l'aider et l'emmener avec toi ... Alors, tu ne seras pas puni par dieu ... Ne fabrique pas pour toi-même un bac sur le fleuve pour en tirer un profit financier ... Demande l'argent aux riches et accueille ceux qui n'ont pas d'argent ."

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق