الاثنين، 17 أكتوبر، 2011

Pylônes de temple

Le terme grec « pylône » désigne une porte monumentale érigée devant un temple égyptien et constituée de deux tours avec une entrée au milieu.

En égyptien, le mot « pylône » se traduisait par « Bekhenet ». Il s'agit peut-être de l'horizon au-dessus duquel le disque solaire se levait.

Le premier pylône du Nouvel Empire fut bâti à Karnak sous le règne de Thoutmosis Premier.

Le plus grand pylône toujours existant est le premier pylône non achevé de Karnak érigé au cours de la vingt-cinquième dynastie, sous le règne du roi Taharqa, de 680 à 664 avant Jésus-Christ.

A l'origine, ce pylône mesurait 40 mètres de haut, 113 mètres de large et 15 mètres d'épaisseur.

Sa façade contenait quatre niches pour les quatre mâts de drapeau. Les premiers pylônes disposaient d'escaliers à l'intérieur d'une tour ; menant au toit, les marches permettaient à certaines personnes d'attacher les drapeaux aux mâts.

Les pylônes de la période ptolémaïque, tels que ceux du temple d'Edfou, étaient construits avec des tours séparées ; d'ailleurs, chacune d'entre elles avait un escalier et comptait plus d'un étage.

Les plans des pylônes sont dessinés à l'arrière du temple de Louxor, de la tour est et du mur sud-ouest de la grande cour de Ramsès Deux.

D'autres plans sont gravés dans la cour du temple de Khonsou à Karnak, sur le pylône du temple d'Horus à Edfou, sur les murs des tombes de Méry-Rê à Tell el-Amarna et dce Néferhotep à Thèbes.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق