الاثنين، 17 أكتوبر، 2011

Méthodes de décoration des textiles islamiques

L'impression et la teinture des tissus dans l'Egypte islamique remontent à l'Egypte ancienne, greco-romaine et copte.

Dans un premier temps, les décorations étaient taillées dans le bois. Ensuite, ce dernier était recouvert de couleur et pressé sur le tissu.

La gravure qui ressortait du bois, produisait une impression grâce à la couleur alors que la partie creuse créait une empreinte négative.

De la cire était utilisée afin de recouvrir les zones qui par la suite, devaient être teintes avec une couleur différente.

Les teinturiers se servaient d'un certain nombre de teintures naturelles. Parmi celles-ci, l'indigo, le « Jahra » jaune verdâtre, le safran, le carthame, le curcuma, le navet et le « Shaljam » rouge foncé étaient extraits de plantes. Le curcuma est une plante tropicale dont la tige souterraine fournit une teinture jaune lorsqu'elle est réduite en poudre.

D'autres teintures étaient obtenues à partir des insectes. Ainsi, le « laali » rouge provenait d'un insecte qui vivait sur les gommiers et le pourpre était tiré d'un vers de la même couleur.

Un certain nombre de noms de teinturiers furent rapportés.
Parmi ces derniers, citons Ahmed ibn Ibrahim As-Sabbagh qui décéda en 351 de l'année de Hijra (1132 après Jésus-Christ), Abdolghani ibn Gaafar As-Sabbagh, etc. Le titre de « As-Sabbagh » signifie « le teinturier ».

Les tissus étaient également décorés avec des travaux d'aiguille appelés « broderie » d'après le nom du procédé de fabrication. Celui-ci impliquait l'utilisation de fils qui coûtaient plus cher que le tissu, surtout différents types de soie. Précisons que cette méthode continua à être utilisée en Egypte jusqu'à la fin de l'époque ottomane.

Une autre méthode de décoration était réalisée « par addition ». Ainsi, de petits morceaux de tissu étaient disposés sur un tissu plus grand, de type et de couleur différents. Les plus petits morceaux étaient cousus à l'aide d'une aiguille. Cette méthode est connue en Egypte sous le nom de « Khiyameia ». Par la suite, ce nom fut donnée à la région où se concentrèrent les travailleurs qui utilisaient cette technique.

L'aiguille fut également utilisée dans la décoration, dans l'addition et dans d'autres phases de fabrication des tissus.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق