الاثنين، 17 أكتوبر، 2011

Les femmes face à la loi grecque et égyptienne

Il existait de nombreuses différences entre la législation grecque et égyptienne en ce qui concerne les femmes. La loi égyptienne donnait aux femmes un statut social et une indépendance que la loi grecque ne leur conférait pas.

Ainsi, les femmes égyptiennes avaient le droit de faire tout ce dont elles avaient envie avec leurs biens et ce, sans aucune restriction. Elles menaient également leur vie comme bon leur semblait. Elles pouvaient se marier selon leur bon vouloir et à des conditions qui étaient souvent un véritable fardeau pour l'heureux époux. Bien qu'autorisée, la polygamie était en pratique impossible.

Par ailleurs, les femmes égyptiennes avaient le droit de divorcer à leur convenance. De nombreux experts croient que la loi égyptienne autorisait deux types de mariage : les mariages « complets » et les mariages de plaisir. Le mariage complet était détaillé dans un contrat. Quant au mariage de plaisir, il était temporaire et pouvait par la suite, se transformer en mariage complet.

Tant dans la loi grecque qu'égyptienne, les deux parties avaient le droit de se séparer. Pour obtenir le divorce, il suffisait de délivrer un document stipulant qu'une partie n'avait plus d'obligations par rapport à l'autre. La législation épargnait également aux femmes les épreuves de la vie.

D'autre part, dans la loi grecque, les femmes étaient considérées comme mineurs. Ainsi, en Grèce, elles avaient besoin d'un tuteur légal pour tous leurs actes.

A l'époque des rois ptolémaïques, la femme égyptienne devint l'égale de son homologue grecque et son statut fut réduit .

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق