الاثنين، 17 أكتوبر 2011

Les complots de harem

De nombreux souverains devaient prendre garde aux fameux « complots de harem ». Visant à assassiner ou à renverser le roi, ces conspirations étaient ourdies par les épouses secondaires qui cherchaient à asseoir leur propre fils sur le trône.

Amenemhet Premier tenta de résoudre les problèmes que connut le pays au cours de la première période intermédiaire. Il essaya de protéger les frontières d'Egypte des invasions et donc, de garantir la succession légitime au trône. Cela lui valut d'être victime d'un complot de harem et de se faire assassiner. Bien sûr, ceci n'était pas le premier cas de « complot de harem » ; dès lors, Amenemhet Premier avait pris soin, lors de sa vingtième année de règne, de nommer son héritier, Sénousert Premier, co-régent.

Précisons qu'il s'agit là du premier exemple connu dans l'histoire de l'Egypte où un roi désigne, de son vivant, son héritier comme co-régent.

Le roi Ramsès Trois, dernier grand souverain du Nouvel Empire, fut tué par un complot manigancé au sein du harem royal avec l'aide de certains courtisans. L'une de ses épouses secondaires, la reine Tiy, voulait que son fils Pentaour succède à son père sur le trône. Elle conspira alors avec l'aide de quelques courtisans.

On raconte qu'ensemble, ils parvinrent à rassembler un certain nombre d'individus et à les dresser contre leur seigneur. Outre le fait de vouloir tuer le roi au moyen d'une arme non-identifiée, ils recoururent également à la magie noire et à des figurines de cire. Apparemment, le souverain fut grièvement blessé et décéda peu de temps après. Parmi les conspirateurs se trouvaient vingt-neuf personnes ainsi que six épouses. Tous furent sévèrement punis.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق