الاثنين، 17 أكتوبر، 2011

La teinture des textiles dans l'Egypte ancienne

L'utilisation de fils teints semble remonter à la première dynastie. En effet, un linge brunâtre datant de cette époque fut retrouvé à Tarkhan.

Toutefois, en se basant sur un morceau d'étoffe rouge découvert sur le site de Meïdoum, les tissus teints pourraient dater de la fin de la troisième ou le début de la quatrième dynastie. Néanmoins, ce n'est qu'à partir du Nouvel Empire que les étoffes commencèrent à être tissées avec des fils colorés.


Les substances utilisées par les anciens Egyptiens pour teindre peuvent être divisées en deux types de base : les plantes et l'ocre, ou terre composée d'oxydes de fer hydraté (rouille) mélangée à de l'argile. Une fois chauffé, l'oxyde de fer jaune se transforme en oxyde de fer rouge et donc, il peut être utilisé pour créer du jaune, du jaune-brun et du rouge.


Comme semble le prouver le textile retrouvé à Tarkhan, la teinture du linge avec des oxydes de fer remonterait au début de la période dynastique. Du linge coloré en rouge grâce à des oxydes de fer fut également découvert dans d'autres sites, y compris dans le village des travailleurs à Tell el-Amarna.


Plusieurs méthodes de teinture des étoffes furent utilisées au cours de la période dynastique. La plus ancienne d'entre elles est le « maculage », ou procédé au cours duquel la couleur est étalée sur un tissu à l'aide d'argile, de boue ou de miel. Les Egyptiens mirent également au point une méthode appelée « la double teinture ». Cette dernière consistait à teindre une première fois les fibres, les fils ou le tissu et ensuite, à appliquer une deuxième couleur différente afin d'obtenir une troisième couleur.


Ainsi, le violet est le résultat du mélange du bleu et du rouge alors que le vert est obtenu en utilisant du jaune et du bleu. En général, les Egyptiens teignaient soit des fils soit des tissus.


Dans le cas des tissus, des zones blanches sont parfois visibles en dessous de l'endroit où un fil de chaîne, ou fil vertical, passe sur une trame, ou fil horizontal. Le blanchiment était aussi une technique décorative. En effet, chez les Egyptiens, le port de vêtements blancs reflétait un certain statut social et était peut-être considéré comme un signe de propreté
.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق