السبت، 15 أكتوبر 2011

La production de laine et de coton dans l'Egypte islamique

Les anciens Egyptiens croyaient que la laine était sale et l'utilisaient donc rarement. Mais, au cours de la période islamique, la laine était considérée comme la deuxième matière brute la plus importante dans la fabrication de tissu après le lin. La production de la laine prospéra en Moyenne et Haute-Egypte. La Moyenne-Egypte était connue pour les produits en laine en raison du grand nombre de moutons élevés par les tribus arabes qui s'y étaient installées au cinquième siècle de l'année de Hijra (onzième siècle après Jésus-Christ).

Tama était connue pour sa laine légère. La ville d'Al-Qais était bien connue pour sa fabrication de vêtements en laine, ainsi qu'El Bahnasa, Akhmim et Asyut. Al-Qais était connue pour sa laine de qualité qui était utilisée dans le Maraz doré non-teint. On dit que le calife Mu'awiya, fondateur de la dynastie des Omeyyades, ne portait que ce type de laine l'hiver.

Asyut était également connue pour sa production de laine. Sa laine violette d'aspect arménien revêtait une grande popularité à cette époque et était appelée Laine égyptienne. Les ateliers de laine de ces villes se consacraient à la production de grandes quantités de vêtements en laine qui devaient être payés par tribut.

La production de coton était cependant très limitée pendant l'époque Wallah, les débuts de la période islamique. L'époque Wallah correspond à la période islamique lorsque l'Egypte était dirigée par des gouverneurs qui étaient nommés par des califes qui vivaient à La Mecque, à Damas ou à Bagdad.

Les tisserands égyptiens mélangeaient peut-être le coton avec la laine et le lin. De grands entrepôts de coton datant du deuxième siècle de l'année de Hijra (huitième siècle après Jésus-Christ) ont été découverts à Fustat. Cependant, le coton n'est pas mentionné dans les dossiers en papyrus, et on n'a pas non plus trouvé de vêtements en coton antérieurs à l'ère mamelouke .

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق