السبت، 15 أكتوبر 2011

Histoires et textes religieux coptes

Les traductions de la Sainte Bible étaient considérées comme la plus importante forme de littérature copte. Les traductions à partir du grec furent réalisées dès le deuxième siècle après Jésus-Christ. Ces traductions étaient les plus précises; en effet, elles étaient effectuées par des personnes qui maîtrisaient tant le grec que le copte.

Au quatrième ou cinquième siècle après Jésus-Christ, la Bible fut traduite en dialecte bohairique et sahidique alors que quelques parties furent traduites en achmimique et fayoumique. La vie des saints représentait également d'importants textes religieux. Ainsi, nombreuses sont les histoires qui décrivent la vie et la lutte des martyrs, des moines, des ascètes ainsi que de certains patriarches et évêques.

Ces récits étaient contés dans un style littéraire à la fois touchant et si profond que les personnes qui les entendaient, s'engageaient dans les ordres monastiques et cherchaient à suivre le chemin de la vertu. Le style de ces histoires tentait de mettre en évidence les qualités vertueuses de ces saints et ce, de manière évocatrice et émouvante.

Notons également que dans certaines histoires religieuses, une dose d'imagination était également présente. Tel est le cas de l'histoire de la reine de Saba et de sa rencontre avec le roi Salomon ou l'histoire du roi Jean et du moine. Bien sûr, il existe aussi des histoires empreintes d'un certain patriotisme dans lesquelles les Coptes exprimaient une ferveur nationaliste qui avait été réprimée sous le joug de l'occupation.

Parmi ces histoires, citons notamment celle d'Alexandre le Grand qui fut traduite en dialecte sahidique à al-Dayr al-Abyad et celle de Cambyse et de l'invasion de l'Egypte par les Perses.

Soulignons aussi que plusieurs récits n'avaient aucun lien avec la religion ou les textes sacrés. Pour s'en rendre compte, il suffit de regarder l'histoire de Théodose et de Dionysios.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق