السبت، 15 أكتوبر، 2011

Style des sculptures de la dix-huitième dynastie

Les croyances religieuses des Egyptiens, et celles liées à la vie après la mort, considéraient que les statues funéraires étaient les images vivantes du défunt ou d'une divinité. Ces statues préservent les caractéristiques physiques du défunt facilitant ainsi sa présentation devant le dieu dans l'au-delà ainsi que sa résurrection.

Au cours de la dix-huitième dynastie, deux styles artistiques distincts furent utilisés pour réaliser ces sculptures. Le premier style était traditionnel et idéaliste. Il dépeignait les Egyptiens de la haute société avec un physique parfait. Ce style s'est répandu au cours de la première moitié de la dix-huitième dynastie.

Le deuxième style était plus réaliste et naturel et apparut pendant la deuxième moitié de la dix-huitième dynastie. Il introduisit une nouvelle conception artistique du roi qui soulignait son humanité.

Le second style est passé par trois phases. D'abord, le roi fut représenté sous des traits grotesques et exagérés. Ensuite, sous des traits plus détendus et moins exagérés. Enfin, vers la fin de la période d'Amarna, les artistes créèrent des sculptures qui respectaient les mêmes concepts artistiques mais en adoucissant les traits. On peut le voir dans la statue grandeur nature de Toutânkhamon et sur les statues des divinités chargées de protéger l'âme et le corps du roi dans l'au-delà. Certaines statues sont debout ou marchent à grandes enjambées.

Ces statues dépeignent également le torse notable et rebondi ainsi que le gros ventre du pharaon. Ce style artistique fut utilisé pendant toute la période d'Amarna pour représenter Akhénaton, sa famille et ses courtisans.

Les ouchebtis, ou statuettes qui effectuaient les tâches du roi dans l'au-delà, sont toutes enveloppées comme Osiris, c'est-à-dire avec le corps recouvert et le visage dévoilé .

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق