الاثنين، 17 أكتوبر، 2011

Shajar Al-Durr

Shajar Al-Durr dirigea l'Egypte après la mort de son mari, le sultan Al-Salih Najm al-Din Ayyub, à Mansura, qui souffrait d'une grave maladie.

Elle cacha la nouvelle de sa mort à son armée et aux Mamelouks afin de maintenir l'ordre parmi les soldats. Elle assuma la bataille de Mansura contre les croisés comme si son mari était encore vivant afin d'éviter toute panique dans l'armée.

Shajar Al-Durr n'avait pas l'intention de prendre le pouvoir. En effet, elle envoya immédiatement le fils d'Al-Salih, TuranShah, prendre la place de son père. Malheureusement, son fils était un alcoolique et il ne pouvait pas diriger l'Egypte. Il finit tué aux mains de Baybars al-Bunduqdari, un dirigeant mamelouk.

Ensuite, les princes mamelouks bahrites et les dirigeants de l'Etat se réunirent en un événement unique dans l'histoire de l'Islam car ils élirent Shajar Al-Durr reine d'Egypte.

Cela fut une surprise pour les princes ayyubides et le calife abbasside lui-même, qui avait le pouvoir sur les territoires égyptiens, qui faisaient partie de l'empire abbasside.

Afin de satisfaire toutes les parties, on se mit d'accord sur le fait que Shajar Al-Durr prendrait un mari et qu'Al-Muizz Aybak al-Turkoman, dirigeant de ses forces armées, serait l'élu. En 648 de l'année de Hijra (1250 après Jésus-Christ), elle lui abandonna le trône après 80 jours de règne.

Les princes ayyubides restaient mécontents de ses modifications et demandèrent le trône. On pensait qu'ils ne s'étaient pas opposés à Shajar Al-Durr parce qu'elle était une femme mais parce qu'ils avaient peur de confier le pouvoir aux Mamelouks. Les Ayyubides continuèrent à causer du tort aux Mamelouks en Syrie pendant une longue période.

Al-Muizz Aybak essaya d'assurer son titre et sa position et demanda en mariage pour la deuxième fois les deux filles du roi de Hammah et du roi de Mosul. Shajar Al-Durr se sentit trahie et reprit le gouvernement, ignorant la position d'Aybak et son autorité en tant que roi.

Plusieurs éléments l'aidèrent à maintenir son règne. Son défunt mari, Al-Salih Najm al-Din, lui avait toujours délégué les questions gouvernementales en son absence, lorsqu'il était à la guerre. Elle maintint les traditions gouvernementales aussi fermement que les hommes l'avaient fait avant elle. Son nom était battu sur la monnaie, caractéristique principale d'un dirigeant puissant. On lui avait également attribué le surnom de "Gardienne de la religion" et une prière était dite en son nom à la mosquée après l'habituelle prière dite pour le "Calife Al-Mustasim.

"Shajar Al-Durr interdit à Al-Muizz Aybak de voir son autre épouse Umm Aly, ou "mère d'Aly." Elle demanda le divorce et prévit secrètement de le tuer. Elle l'invita à la citadelle de Salah Al-Din et alors qu'il entrait dans la salle de bain, il fut assassiné par les domestiques.

Lorsque cette nouvelle fut connue des Mamelouks bahrites, qui soutenaient Aybak, ils firent arrêter Shajar Al-Durr et la remirent au harem des femmes esclaves. Elles la battirent à mort à coups de sabots et la jetèrent par-dessus les murs de la citadelle. Son corps resta là, sans que personne n'y touche, pendant plusieurs jours pour que les passants la voient. Ensuite, elle fut emportée et enterrée dans sa tombe près du mausolée d'Al-Sayeda Nafisa.

Après la mort de son mari, Al-Salih Najm al-Din, elle avait fait construire un mausolée, aujourd'hui connu sous le nom de Mausolée d'Al-Salih Najm al-Din Ayyub, dans la région d'al-Nahaseen, le quartier des fabricants de cuivre, où il est enterré. Elle s'était également fait construire une tombe appelée le Mausolée de Shajar Al-Durr, situé derrière le Mausolée d'Al-Sayeda Nafisa.

A en juger par les textes écrits sur les murs, elle a dû être construite sous son règne. Ces textes la décrivent comme la gardienne de la vie et de la religion. De tels titres et termes n'auraient jamais été écrits si ce n'est lorsque la personne concernée est en vie.

Shajar Al-Durr est presque la seule femme sur laquelle les écrivains et historiens islamiques ont écrit. Certaines sources médiévales mentionnent un historien du nom d'Abd el-Wahed Ibn Aly dont on dit qu'il a écrit tout un livre intitulé "Shajar Al-Durr ."

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق