الاثنين، 17 أكتوبر، 2011

Réunions d'intellectuels à la bibliothèque d'Alexandrie

Un grand nombre de livres de sciences et de lettres avaient été écrits bien avant la fondation de la bibliothèque d'Alexandrie et du Museion. Vu la fréquence d'utilisation du terme «bibliothèque» en grec, il est probable que de très nombreux ouvrages furent rédigés, vendus, collectionnés et critiqués au moins depuis le cinquième siècle avant Jésus-Christ.

Au cours de cette période, un grand nombre de bibliothèques virent le jour et ce, qu'elles soient grandes ou petites ou encore publiques ou privées. Néanmoins, ce qui marqua le troisième siècle avant Jésus-Christ fut l'émergence d'une nouvelle catégorie de scientifiques et de chercheurs extrêmement dévoués et affiliés à la bibliothèque.

Celle-ci devint d'ailleurs un lieu de réunion pour tous les intellectuels des sections du Museion et ce, notamment pour les physiciens ayant besoin des écrits d'Hippocrate et de ses disciples ou pour les astronomes cherchant un relevé des conditions météorologiques ou des informations au sujet des premières théories en matière d'astronomie. Il était important pour les scientifiques du Museion de posséder la connaissance du passé.

Toutefois, cela ne signifiait pas forcement que ces divers relevés égyptiens et babyloniens relatifs aux systèmes astronomiques et aux conditions météorologiques ou bien ces anciens papyrus concernant l'astronomie et la divination, fassent partie de la collection de la bibliothèque. A l'époque, les traités scientifiques n'étaient pas nombreux; dès lors, il était facile pour les scientifiques d'en posséder une copie chez eux ou dans leurs laboratoires. La bibliothèque ne fournissait pas uniquement des informations générales, elle contenait aussi les grands livres de la pensée humaine.

Ainsi, elle revêtit une grande importance pour les personnes qui s'intéressaient aux lettres. Alors que les étudiants en anatomie pouvaient trouver des livres sur l'anatomie, la bibliothèque ne pouvait pas leur fournir des corps à disséquer.
Par contre, les étudiants de littérature pouvaient lire l'Iliade, l'Odyssée, les chansons d'Anacréon ou le poème de Simonide.

Ces chefs-d'oeuvre ne pouvaient être trouvés qu'à la bibliothèque. Celle-ci semble avoir été l'esprit du Museion mais elle pouvait également être considérée comme le centre d'étude des lettres.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق