الاثنين، 17 أكتوبر 2011

Mères notables des sultans

Bien que nous disposions de très peu d'informations sur l'éducation des enfants d'un sultan, certaines histoires, les contes des Mille et une nuits, nous ont appris qu'il est évident que les mères étaient extrêmement aimantes et protectrices envers leurs enfants. Les mères essayaient sans cesse de leur éviter les punitions de leurs pères en cachant leurs erreurs. Certaines mères auraient même été capables de tuer toute personne menaçant les vies de leurs fils.

Pendant la période des Ayyubides, la mère de Nur el-Din aida son fils à échapper au courroux de son père Al-Malik al-Adil, qui jura de lui couper les mains pour le punir d'avoir bu de l'alcool.

Certains historiens mentionnent qu'Al-Khatun, la fille de Baraka Khan, empoisonna le prince Belik lorsqu'elle entendit parler de son plan visant à empêcher son fils de devenir sultan d'Egypte.

On raconte que la mère d'Al-Nasir Mohammad Ibn Qala'un s'est échappée des territoires égyptiens avec son fils craignant les complots menés à son encontre pour le tuer afin qu'un autre puisse prendre le trône.

Un autre exemple est celui de Khawand Zeinab, fille de Khasbak. Elle choisit de quitter le palais de la citadelle pour rejoindre ses deux fils, Al-Muayyed Ahmed et Muhamad, en prison. Elle soigna Ahmed jusqu'à sa mort puis demanda la permission au sultan Khashqadam d'emporter son corps au Caire pour l'enterrer aux côtés de son père Al-Ashraf Inal.

Tout comme Khawand Aslabay, mère du sultan Al-Nasir Mohammad Ibn Qaitbay, qui, apprenant l'existence d'une menace de mort à l'encontre de son fils lancée par son oncle Konsowah, les fit se jurer loyauté l'un à l'autre.

Une autre histoire est celle d'Anook, fils du sultan Al-Nasir Mohammad Ibn Qala'un. Lorsqu'Anook tomba amoureux d'une chanteuse du nom de Zahra, sa mère, Khawand Toghay, l'aida. Lorsque son père le sultan découvrit cela, il jura de tuer Anook, mais l'épouse d'Al-Nasir Mohammad, Khawand Toghay, femme de Bektmor Al Saqi, l'en empêcha.

Le grand respect et les privilèges dont jouissaient les mères à cette époque se retrouvent dans plusieurs sources mameloukes historiques.

Un exemple de ce grand amour est l'époustouflante construction que fit édifier Al-Ashraf Shaaban en l'honneur de sa mère, Umm al-Sultan Shaaban .

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق