الأربعاء، 12 أكتوبر 2011

L'utilisation de la poterie pour rapporter les écrits

En Egypte, les tessons de poterie furent utilisés en tant que surface d'écriture au cours de l'époque ptolémaïque, pharaonique et romaine. Souvent, ils étaient décorés de petites histoires, de recettes médicales ou de textes poétiques écrits tant en ancien égyptien que dans les autres langues utilisées au cours de la période hellénistique et Romaine.

Au troisième siècle avant Jésus-Christ, on se servit de la poterie afin d'écrire des documents officiels, des calculs, des prières voire des accords commerciaux. A l'école, les enfants s'exerçaient à écrire sur des tessons de poterie étant donné qu'il était facile de les effacer et donc de recommencer.

En Egypte, la poterie était considérée comme la surface d'écriture des classes sociales défavorisées. En effet, en raison de leur extrême pauvreté, ces individus ne pouvaient se permettre d'acheter du papyrus et ce, malgré son prix relativement abordable. Signalons aussi que les Coptes d'Egypte continuèrent à écrire sur de la poterie jusqu'à l'arrivée des Arabes qui eux, avaient opté pour le papyrus ou le cuir ordinaire.

Les Coptes utilisèrent les tessons de poterie pour écrire des prières, des vers de la Bible et quelques poèmes ainsi que pour dessiner des motifs décoratifs. En raison de l'espace limité, les récipients en poterie ne convenaient pas aux textes plus longs ; néanmoins, étant donné qu'ils étaient disponibles dans toutes les maisons, ces récipients étaient pratiquement gratuits. Pour finir, notons que les tessons représentent l'une des principales sources d'informations sur la vie politique, les croyances populaires, les coutumes et les nombreux aspects de la vie des pauvres de l'Egypte ancienne .

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق