السبت، 15 أكتوبر، 2011

Littérature de tombes de l'Egypte ancienne

A la fin de la cinquième dynastie, de longs textes religieux appelés "textes des pyramides" commencèrent à apparaître. Vu pour la première fois sur la pyramide du roi Ounas à Saqqarah.

Ce type de texte se compose de centaines de "formules" qui parlent de la mort, des funérailles et de la protection du roi, ainsi que de sa résurrection dans l'au-delà.

A partir de cette période, des formules d'offrande, qui étaient des textes faits pour être récités pendant la présentation des offrandes, étaient largement utilisées sur les fausses portes, les stèles et les cercueils d'individus ou de personnalités royales, comme ceux de la reine Kaouit et de la reine Ashait.

Au début du Moyen-Empire, et peut-être avant, des objets funéraires étaient ornés de formules personnelles, appelées "textes de cercueil" car ils étaient très souvent inscrits sur des cercueils, comme celui du vizir Dagi.

Les textes de cercueil contenaient également un nouveau type de texte funéraire, appelé les "guides de l'au-delà", qui fournissaient au défunt des descriptions de différents endroits de l'au-delà, ainsi que des termes qui aideraient l'âme du défunt à les traverser en toute sécurité. Le guide le plus élaboré, qui décorait le cercueil du général Sepi, est le Livre des deux chemins.

A partir de la deuxième période intermédiaire, des textes funéraires commencèrent à être divisés en plusieurs compositions distinctes.

Au cours du Nouvel Empire, entre la dix-huitième et la vingt-cinquième dynastie, le richement illustré Livre du ciel apparaissait sur les murs des tombes et sur des papyrus, accompagné d'exemplaires pleinement illustrés du Livre des morts et d'autres textes religieux.

En même temps, les murs des temples étaient recouverts de scènes rituelles et de motifs d'illustration. De même, une composition funéraire complète, appelée le "Rituel de l'ouverture de la bouche", fut développée pendant le Nouvel Empire.

Ce rituel se compose de 75 scènes et actes qui permettaient au prêtre de participer à la renaissance des différentes parties du défunt via sa statue.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق