الجمعة، 14 أكتوبر، 2011

La fabrication du papyrus

Dans le monde gréco-romain, le papyrus était considéré comme l'une des surfaces les plus importantes pour l'écriture. Ce matériel pour écriture était réalisé à partir d'une plante de marais appelée "cyperus papyrus". Celle-ci poussait en Egypte, sur les rives du Nil.

D'après la description détaillée que Pliny en fit dans son livre d'histoire naturelle, la tige sous-marine de cette plante pouvait être aussi épaisse que la main d'un homme. Elle était coupée en bandes longitudinales d'une longueur de plus ou moins un mètre. Ensuite, ces bandes étaient placées les unes sur les autres de façon perpendiculaire. Par après, elles étaient immergées dans les eaux du Nil, séchées au soleil et polies. Finalement, les bords du papier résulter étaient redressés de manière à ce que la taille moyenne d'une feuille soit d'une longueur de 25 à 30 centimètres.

Pour les longs textes, plusieurs de ces feuilles étaient collées les unes aux autres; de la sorte, des rouleaux de 6 à 10 mètres de longueur pouvaient être fabriqués. Parfois, ils pouvaient même atteindre 40 mètres voire plus. Par après, les feuilles de papyrus étaient enroulées autour d'un bâton de bois ou d'ivoire que les Grecs nommèrent "Omfalos" et les Romains "Umbilicus". Quant au rouleau de papyrus, il était appelé "Tomos" ou "Kylindros" en grec et "Volumen" en latin.

Signalons également que selon un géographe du quatrième siècle après Jésus-Christ, le papyrus fut par la suite uniquement fabriqué à Alexandrie et dans ses faubourgs. Voilà pourquoi de nombreux navires en provenance des pays méditerranéens accostèrent au port de la ville afin de charger le précieux matériau. En réalité, le commerce du papyrus contribua fortement à l'essor d'Alexandrie en tant que centre économique .

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق