الجمعة، 14 أكتوبر 2011

La construction navale dans l'Egypte ancienne

Au début de l'Ancien Empire, de nombreux reliefs et peintures illustraient la construction des navires. La représentation la plus distinguée fut retrouvée à Saqqarah, dans le mastaba du fonctionnaire Ti de la cinquième dynastie.

On peut voir des travailleurs tailler le tronc d'un arbre à l'aide de haches et le rendre lisse grâce à une herminette, ou outil semblable à une hache munie d'une lame recourbée dont le tranchant se trouve dans un plan perpendiculaire au manche. Un homme scie une bûche, peut-être s'agit-il de la poutre d'un pont, alors que deux autres individus équipés de ciseaux et de masses percent des trous dans une planche pour y introduire des chevilles. Sur l'une des coques, une planche est attachée ; il s'agit probablement du pavois. On compte au moins sept chevilles dans le trou entre la planche et le flanc du navire.

Un homme maintient un bâton dans la fissure et ce, peut-être pour vérifier que la planche est frappée de façon égale par deux hommes qui la martèlent avec des pierres alors qu'un chef d'équipe dirige les opérations.

Au même moment, la planche en question est travaillée par un homme équipé d'un ciseau et d'une masse alors que quatre personnages munis d'herminettes s'affairent sur la coque. L'herminette était utilisée non seulement en tant qu'outil servant à égaliser les planches mais aussi en tant que rabot lors des étapes finales de la construction.

Trois différents types de coque sont visibles sur les représentations des grands voiliers et sur les modèles réduits. La première a des extrémités abruptes, la deuxième a une extrémité coupée et l'autre fuselée ; quant à la troisième coque, elle a des extrémités arrondies. Un type de coque comporte également des planches.

L'étrange construction des navires égyptiens au Moyen Empire permettait, en théorie, de les démonter, de les transporter et de les remonter ailleurs. Précisons que ces navires n'utilisaient ni clous ni chevilles mais uniquement des planches attachées ensemble grâce à des cordages de papyrus ou de spartina (joncs).

Cette technique semble avoir été utilisée au cours du Moyen Empire, au moment où les expéditions étaient menées par voie de terre en direction de la mer Rouge et où les flottes étaient construites pour prendre part à des expéditions ayant pour objectif de rejoindre l'Arabie ou l'Afrique orientale.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق