الأربعاء، 12 أكتوبر 2011

Femmes islamiques célèbres

De nombreux écrits historiques indiquent que des femmes islamiques étaient impliquées dans la vie intellectuelle et religieuse.

Un grand nombre de femmes se spécialisèrent dans la grammaire, la poésie et les proverbes des prophètes.

Un exemple est celui de Fatma, fille d'Abbas Shikha de Rebat (couvent) Al-Baghdadia, appelée "La femme de son époque" par l'historien Al-Makrizi, qui la décrivit comme étant dotée d'une intelligence supérieure et d'une grande sagesse.

D'autres femmes étaient connues pour leur capacité à réciter les proverbes des prophètes provenant du livre de Bukhari lors de réunions se tenant à la citadelle.

Un grand nombre d'intellectuels de la période Mamelouk sont connus pour s'être référés aux dires et discours de femmes célèbres de cette époque. Un historien du nom d'Al-Sakhawy décrit de quelle façon de nombreux étudiants se rassemblèrent en masse pour écouter Anas, fille d'Abd Al-Karim. Dans son livre "Le rayon doré de l'élite du neuvième siècle", il inclut plus de mille bibliographies relatives à des femmes ayant vécu durant ce siècle (neuvième siècle de l'année de Hijra (quinzième siècle après Jésus-Christ)).

Avant ça, pendand l'époque Wallah, Sayeda Nafissa, descendante du prophète, donna des cours de religion chez elle et était une femme formidable aimée de la population égyptienne.

Une des femmes les plus célèbres de l'histoire de l'islam est Meskah, une esclave d'Al-Nasir Mohammad Ibn Qala'un. Elle l'éleva et joua un rôle important dans la vie sociale de cette époque. Meskah établit une mosquée et enseigna la connaissance et la sagesse islamiques dans la région de Sayeda Zeinab.

Khawand Toghay était une esclave d'Al-Nasir Mohammad Ibn Qala'un. Il la libéra et en fit sa femme. C'était une femme d'une grande beauté et d'une gentillesse infinie qui était à l'écoute de tous les besoins de ses esclaves. Elle était la mère du prince Anouk et sa grandeur a continué même après la mort d'Al-Nasir Mohammad Ibn Qala'un. Khawand Toghay construisit un khanqa, un monastère ou couvent Sufi. Ce khanqa comprenait des maisons qui y étaient reliées dans lesquelles les Sufis vivaient et étaient éduqués. Elle organisa la présence d'un lecteur de prière sur la tombe de son fils. Elle donna également de l'argent pour que du pain soit distribué aux pauvres.

Une autre femme célèbre de la période Mamelouk est Khawand Baraka, mère du sultan Shaaban et épouse du prince Iljay Al-Yousoufi. Elle jouissait de grandeur et d'un statut élevé. L'école d'Oumm al-Sultan Shaaban fut construite en son honneur; il s'agissait d'un grand bâtiment situé près de la citadelle et muni d'une fontaine publique. Elle organisa également des leçons de traditions religieuses Shafii et Hanafi. C'est là qu'elle fut enterrée avec son fils Al-Ashraf Shaaban.

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق