الاثنين، 10 أكتوبر، 2011

Bulaq et d'autres ports importants de l'Egypte islamique

Selon certaines sources historiques de l'époque, Bulaq, l'un des ports les plus fréquentés du Caire, devint un important centre de construction navale à la moitié du huitième siècle de l'année de Hijra (moitié du quatorzième siècle après Jésus-Christ). Toutefois, notons qu'au cours de l'année 757 de Hijra (1356 après Jésus-Christ), une sévère tempête provoqua le naufrage d'environ 300 des navires amarrés à Bulaq. Cette catastrophe se refléta dans les comptes tenus par al-Suyuti.

Au cours de la période mamelouke circassienne, la construction navale connut une croissance énorme à Bulaq. D'après l'historien Ibn Iyas, la visite du sultan Qansuh Al-Ghawri à Tura représenta un événement capital ; précisons que le but de cette visite était d'inspecter un gigantesque navire construit dans la zone portuaire de Bulaq. L'arsenal de Bulaq continua à se développer même après la fin de l'empire mamelouk.

Quand l'un des sultans ottomans, désireux de conquérir l'île de Rhodes, eut besoin de navires et de soldats, son « wali », ou gouverneur, se rendit en Egypte ; il fit alors un raid sur les ports de Bulaq et d'Al-Fustat à la recherche de bateaux et enleva au passage marins et agriculteurs.

En raison de leur emplacement sur le Nil, Rosette et Damiette devinrent également d'importants centres commerciaux qui disposaient probablement d'arsenaux de construction navale.

Située au nord des côtes du lac Manzalah, la ville de Tanis avait aussi sa propre flotte de navires. Notons que ce lac était relié à la Méditerranée .

ليست هناك تعليقات:

إرسال تعليق